Le blog de Sophie

Guide des dernières mises à jour de l’al­go­rithme de Google

Si le réfé­ren­ce­ment natu­rel vous dit quelque chose, vous êtes déjà au courant que Google met régu­liè­re­ment à jour son algo­rithme (ce qui a le don de rendre fou les spécia­listes en réfé­ren­ce­ment). Google effec­tue­rait jusqu’à 600 mises à jour par an (chan­ge­ments dont, pour la plupart, nous n’en­ten­dons même pas parler). Nous avons plutôt tendance à nous attar­der sur les mises à jour majeures, lesquelles furent bapti­sées : Panda, Penguin et plus récem­ment, Humming­bird (Coli­bri en français).

Mises à jour majeures en 2013

Cet article se base en partie sur cet excellent poste anglo­phone de Karol K, SEO chez Woorank.

Qu’est-ce qu’un algo­rithme ?

Le Larousse nous en donne cette défi­ni­tion :

Ensemble de règles opéra­toires dont l’ap­pli­ca­tion permet de résoudre un problème énoncé au moyen d’un nombre fini d’opé­ra­tions. Un algo­rithme peut être traduit, grâce à un langage de program­ma­tion, en un programme exécu­table par un ordi­na­teur.

L’al­go­rithme de Google a pour tâche de déter­mi­ner quelles pages web doivent appa­raître dans ses résul­tats, dans quel ordre (clas­se­ment), pour une requête donnée (mots-clés enco­dés par l’in­ter­naute dans la barre de recherche du moteur).

L'algorithme de Google

Au départ, cet algo­rithme était assez simple et il suffi­sait aux déve­lop­peurs d’en­co­der une série de mots-clés dans les balises corres­pon­dantes de leur site, pour que celui-ci appa­raisse suite à n’im­porte quelle recherche. Mais de trop nombreux abus (perpé­trés par les « black hat SEO », des réfé­ren­ceurs qui appliquent des méthodes ayant pour but de trom­per la machine Google pour amélio­rer le clas­se­ment d’un site) ont amenés Google à revoir la complexité de son algo­rithme. Aujourd’­hui, Google prend en compte jusqu’à 200 facteurs diffé­rents pour calcu­ler le posi­tion­ne­ment de votre site au sein de ses résul­tats de recherche.

Ainsi, on parle de « mise à jour » de l’al­go­rithme lorsque Google effec­tue un chan­ge­ment pouvant affec­ter l’im­por­tance / l’in­fluence de l’un ou l’autre de ces 200 facteurs. Lorsque cette modi­fi­ca­tion est impor­tante, Google l’an­nonce et lui donne un petit nom (Panda, Penguin, Humming­bird), sinon il n’en fait rien (et vous obser­vez de légère varia­tions de trafic dans vos statis­tiques). Ces mises à jour de l’al­go­rithme sont d’une impor­tance capi­tale, et selon le facteur visé, votre site peut en pâtir consi­dé­ra­ble­ment.

C’est ce qui est récem­ment arrivé à Ebay, le plus grand perdant de la mise à jour Panda 4.0 (laquelle s’en prenait aux pages ayant du contenu de mauvaise qualité). Ebay est ainsi descendu de la 6ème à la 25ème place, perdant jusqu’à 80% de son clas­se­ment orga­nique (clas­se­ment dit « natu­rel », en oppo­si­tion au clas­se­ment dit « payant » de Google Adwords). Or, au-delà de la première page de résul­tat (grand maxi­mum) – laquelle contient, en règle géné­rale, 10 résul­tats – les inter­nautes préfèrent lancer une nouvelle recherche que de consul­ter les pages suivantes.

Position d'Ebay après la mise à jour Panda 4.0 de Google

Vous imagi­nez bien que, d’un point de vue chiffre d’af­faire, la décon­ve­nue est doulou­reuse. Ainsi, d’une mise à jour à l’autre, vous pour­riez bien perdre la majo­rité de votre trafic du jour au lende­main. Mais reve­nons-en à nos moutons. À quoi s’en prennent préci­sé­ment les mises à jour Panda, Penguin et Humming­bird ?

La mise à jour Panda

 

“Panda is about making sure that sites publi­shing low-quality content don’t rank well in Google.” [Traduc­tion : La mise à jour Panda a pour but de s’as­su­rer que les sites qui publient des conte­nus de mauvaise qualité soient mal posi­tion­nés dans les résul­tats de recherche de Google].

 Google Panda update gif

Qu’est-ce que Google consi­dère comme du contenu de mauvaise qualité :

  • Lorsqu’il y a peu de contenu et/ou que celui-ci n’ap­porte aucune plus-value au sujet qu’il traite ;
  • Les conte­nus préten­du­ment nouveaux qui sont en réali­tés des versions modi­fiées d’un article exis­tant ;
  • Les conte­nus illi­sibles car truf­fés de mots-clés ;
  • Les conte­nus dupliqués (issus et copiés d’un autre site – ce que l’on peut commu­né­ment appe­ler du plagiat).

La mise à jour Penguin (Pingouin)

 

“Penguin is about deva­luing sites that have built unna­tu­ral links to gain an advan­tage and inflate their posi­tion in Google.” [Traduc­tion : La mise à jour Pingouin déva­lue les sites dont les liens – vers d’autres sites – ont été acquis non natu­rel­le­ment, dans le seul but d’amé­lio­rer leur posi­tion­ne­ment dans les résul­tats de recherche Google].

Google Pinguin

Les liens restent encore extrê­me­ment impor­tants lorsqu’il s’agit de construire son réfé­ren­ce­ment natu­rel et gagner en posi­tion dans les résul­tats de recherche. Bien qu’ils ne soient plus aussi impor­tants qu’il y a quelques années, ils consti­tuent toujours des « votes qu’un site donne à un autre site ». D’une certaine façon, plus vous cumu­lés des liens de quali­tés poin­tant vers votre site, plus votre posi­tion s’amé­liore. Il s’agira, notam­ment, d’ob­te­nir des liens issus de sites à forte légi­ti­mité (lesquels sont déjà bien posi­tion­nés et génère une forte affluence). Par exemple : avoir le site de Micro­soft qui « pointe » vers votre site de vendeur de logi­ciels, augmen­tera votre posi­tion­ne­ment.

Il n’est donc pas surpre­nant que certains déve­lop­peurs décident de tricher en créant leurs propres liens, au lieu d’at­tendre que d’autres sites décident de poin­ter natu­rel­le­ment des liens vers eux (exac­te­ment ce que Google attend de vous). Google n’ai­mant pas cela, il a mis à jour son algo­rithme (Penguin) dans le but de dépré­cier ces sites.

Autre point impor­tant : l’in­ti­tulé de votre lien (ce que l’on appelle « l’ancre » du lien). Aupa­ra­vant, si je voulais me posi­tion­ner sur « chaus­sures pour femmes », il me suffi­sait de convaincre suffi­sam­ment d’autres sites de faire poin­ter un lien repre­nant cet inti­tulé vers mon site. Bien qu’il soit toujours préfé­rable d’op­ti­mi­ser l’in­ti­tulé de ces liens – je ne vais pas vous deman­der de « cliquer ici », ni de « visi­ter mon précé­dent article », mais plutôt comment le flat design a rendu l’Apple Watch possible ? – avec Penguin, cela n’aura plus telle­ment d’in­fluence sur votre réfé­ren­ce­ment.

La mise à jour Coli­bri (Humming­bird)

 

“Humming­bird is about favo­ring websites that deli­ver answers to actual user ques­tions.” [Traduc­tion : Coli­bri favo­rise les sites qui four­nissent des réponses aux ques­tions des inter­nautes].

Google Hummingbird Colibri

Coli­bri est très diffé­rent des mises à jour précé­dentes. Tandis que Panda et Pinguin ciblent des éléments spéci­fiques de l’al­go­rithme (le contenu et les liens), Coli­bri redé­fini la façon dont Google fonc­tionne dans son ensemble.

Aupa­ra­vant, Google n’avait aucune moyen de répondre à une ques­tion telle que : « Où se trouve la pizze­ria la plus proche de la Place Cathé­drale à Liège ? ». Les seuls éléments que Google parve­nait à prendre en compte étaient les termes isolés : « Pizze­ria », « Place Cathé­drale » et « Liège ». Désor­mais, grâce à Humming­bird, Google a une meilleure compré­hen­sion des éléments qui composent une requête. Il cher­chera à répondre à un problème plutôt que d’af­fi­cher des résul­tats pour un ensemble de mots clés.

Assu­rez-vous donc que le contenu de votre site cherche à résoudre de vrais problèmes, à répondre à de vrais inter­ro­ga­tions. Au moment de la rédac­tion de votre contenu, deman­dez-vous qui sont vos clients et/ou pros­pects, et mettez-vous à leur place. Quelles recherches pour­raient-ils effec­tuer qui les amène­raient sur mon site ? Qu’at­tendent-ils de mon site ? Qu’est-ce que ce dernier pour­rait leur appor­ter de plus par rapport à mes concur­rents ? Comme pour le contenu, la ques­tion de la plus-value de votre site et de son contenu reste centrale.

En conclu­sion :

Les mises à jour de l’al­go­rithme de Google ne vont pas arrê­ter de pleu­voir. L’objec­tif initial de contrer les « black hat SEO » et les méthodes misent en place pour contour­ner l’al­go­rithme (et ainsi augmen­ter de manière arti­fi­cielle son posi­tion­ne­ment), a laissé place à un souci tout autre : celui d’amé­lio­rer de manière signi­fi­ca­tive (et à large échelle) la qualité des sites propo­sés aux inter­nautes. C’est ce que nous dit la dernière mise à jour majeure qu’est Coli­bri (Humming­bird), bien diffé­rente de ses prédé­ces­seurs.

Ainsi, comment s’as­su­rer qu’une nouvelle mise à jour ne verra pas votre site perdre, du jour au lende­main, son posi­tion­ne­ment dure­ment acquis ? Trois mots : « Perfor­mance », « Perti­nence » et « Qualité » :

  • En opti­mi­sant ses perfor­mances (sa rapi­dité de char­ge­ment notam­ment) ;
  • En veillant à la qualité et la perti­nence des liens entrants et de leurs inti­tu­lés ;
  • En publiant régu­liè­re­ment des conte­nus tout aussi perti­nents et de qualité.

Restez bien à l’écoute des mises à jour de l’al­go­rithme de Google et n’ar­rê­tez jamais de travailler à l’op­ti­mi­sa­tion de votre site. Vous en serez récom­pen­sés ! Enfin, je vous laisse avec cette excel­lente petite info­gra­phie ;-).

Google SEO Algorithms Panda Pinguin Hummingbird